Tendances /

Plaisirs partagés

plaisirs-partages.jpg
C’est avec un ton pétillant et assumé que, depuis 20 ans, addiactive épouse les valeurs de Gattefossé. Il place au cœur de ses préoccupations l’humain, le bien-être et le partage d’une vision actuelle de la beauté. C’est autour d’un thème saillant qu’ouvrir un œil curieux et un esprit pratique aux tendances, aux nouveaux concepts, aux éclairages culturels, scientifiques ou techniques, est resté sa véritable raison d’être.
 

Aux sources de l’information

Quotidiennement, addiactive échange avec ses partenaires internes comme externes. Journalistes scientifiques, experts des tendances et du marketing, agence de style participent à la rédaction d’addiactive. Naturellement, les collaborateurs commerciaux et techniques de Gattefossé France alimentent les sujets, avec une ouverture sur d’autres pays : tels les agents et distributeurs croisés au Meeting international de Gattefossé, ou l’accès aux laboratoires de formulation de Lubrizol (à Louvain-la-Neuve) et Gattefossé (à Bombay, Shanghaï et bientôt dans le New Jersey, en complément de celui de St Priest).
Et quand un thème d’addiactive est plébiscité, il est approfondi et diffusé sous forme d’un séminaire clients, démultipliant encore les échanges…
 

Transmission des savoirs

Le business model de Gattefossé est basé sur la proximité avec le client, la capacité à être dans l’écoute, la résolution de problèmes, l’accompagnement. Et la transmission des savoirs, à ce titre, privilégie le face à face humain. La passation d’astuces et de solutions techniques, s’organise en formations pratiques au laboratoire ou au cours de travaux pratiques d’écoles et d’universités pendant lesquels les étudiants découvrent aussi addiactive. Futur ingénieurs ou pharmaciens sont invités à visiter l’entreprise dont ils deviennent parfois stagiaires ou apprentis. Cet accueil se fait à St Priest mais aussi à l’international, notamment au Bombay College of Pharmacy avec lequel Gattefossé entretient des liens forts en matière de recherche applicative.
Ségolène Moyrand-Gros, Responsable Communication Groupe, confirme d’ailleurs qu’un des axes de la Fondation Gattefossé, œuvre d’intérêt général, s’organise autour du partage des savoirs en pharmacie galénique. Et d’ajouter « depuis quatre ans, nous travaillons à un mécénat de compétences auprès de la faculté de pharmacie du Laos sur les techniques de formulation industrielle avec des professeurs et des étudiants ».
De même, d’autres acteurs de la cosmétique s’engagent dans une dynamique de transmission des connaissances ; pour exemple, la Fondation Daniel Jouvance dont une des missions est « transmettre pour préserver ». Elle soutient de nombreuses initiatives favorisant le respect de l’environnement telle la sensibilisation des jeunes à la beauté du monde marins sur l’Île de Houat ou la création des Écoles Internationales de Biologie Marine.
 

Opération « Portes Ouvertes »

En cosmétique, différentes initiatives d’accueil éclosent dont celle du centre de recherche Hélios de Dior-LVMH, Skinovalys. Ce projet met de l’équipement scientifique à la disposition de l’université d’Orléans et de start-up, TPE, PME, tel un campus ouvert sur l’environnement industriel local. Gattefossé choisit de se montrer solidaire en recevant en ses locaux, des évènements destinés à des jeunes en décrochage social ou scolaire. L’entreprise soutient ainsi la Fondation qui s’engage, sur le long terme, auprès d’associations (dont les Cités d’Or) œuvrant à l’inclusion sociale et humaine des plus démunis. Une autre démarche, sur place, vise la réinsertion et la réorientation professionnelle de personnes de 17 à 50 ans. Comme l’explique Ségolène « trois après-midis par an, nos collaborateurs se transforment en guides et témoignent de ce qu’est la vie en entreprise, de leurs métiers. »
 

« People make our name »

Comme dans la nouvelle maxime de Gattefossé, addiactive se plait à mettre l’humain au centre, renforçant la cohérence entre communication et action.
Quand Gattefossé publie des posters c’est régulièrement avec d’autres chercheurs de secteurs publique ou privé. Et l’entreprise se plait à étendre la connaissance à des données plus larges que la seule chimie des ingrédients (ex : les résultats de recherches sur le climat largement présentés, à l’occasion de la sortie d’Emulium® Mellifera) afin de valoriser tout autant la démarche créative que commerciale. 
 

En résonance avec notre histoire

En hommage à la passion de René-Maurice, inventeur de l’aromathérapie, la Fondation promeut l’utilisation des huiles essentielles à l’hôpital. De nombreuses études mettent en lumière une approche thérapeutique complémentaire capable d’améliorer le confort des patients (notamment lors des effets secondaires de la chimiothérapie). En avril, la Fondation a remis le prix Innovation & Huiles Essentielles à l‘Hôpital, au personnel de l’établissement hospitalier de Valenciennes pour son approche innovante du soin et de l’accompagnement du patient grâce à l’utilisation des huiles essentielles (cf. Brèves page 04). Véritable catalyseur, la Fondation prend également en charge l’édition d’un guide des huiles essentielles à l’hôpital, notamment en partenariat avec des universitaires de Strasbourg.
A sa façon, l’initiative de la Cosmétothèque valorise également la mémoire. Cette association Loi 1901 a pour vocation de consigner le passé de la cosmétique (histoire des ingrédients, vieux procédés de fabrication, marques disparues, …) pour maintenir les métiers, les techniques et les produits au meilleur état de l'art et impulser l’énergie ressource du futur.
Au regard du temps qui passe, comme l’analyse très justement Dominique Sciamma, directeur de Strate (école de Design), « l’ingénieur a dominé le XIXè siècle, celui des progrès techniques alors que le marketeur s’est imposé au début du XXè siècle, dans la société de consommation. Nous abordons une nouvelle ère où la question n’est plus comment créer de la valeur mais comment la partager » (Management n°239, mars 2016).
Issu de la génération Z, addiactive vit avec son temps, celui du partage.
 

L’ouverture d’esprit en héritage

Appartenant à la 5ème génération de la famille Gattefossé, Ségolène Moyrand-Gros, fille du président, Jacques Moyrand et Responsable Communication Groupe, nous confie sa volonté d’être un « passeur ». Respectueuse des fondations qui ont présidé à la création de la société par Louis Gattefossé en 1880, digne maillon familial, elle s’évertue, chaque jour, à maintenir l’équilibre entre la performance que réclame le présent et la vision qui prépare le futur.

Quel héritage avez-vous reçu de votre famille ?

135 ans d’expérience cumulée laisse forcément des traces dans l’ADN ! Louis, Emile ou René-Maurice Gattefossé, chacun avait des traits de caractère spécifique et représentait une époque. Mais ce qui m’a marquée enfant, est l’ouverture d’esprit de Marcel Gattefossé. Mon grand-père maternel avait à cœur d’assurer le dialogue entre toutes les parties prenantes : les clients, les collaborateurs, les universitaires, les chercheurs, les partenaires et les étudiants. Et c’est dans cet esprit de curiosité intellectuelle et d’échange qu’il a créé Les Journées Galéniques de St Rémy, symposium scientifique annuel, dont nous venons de fêter les 50 ans. Il était un adepte d’open innovation avant l’heure. Le nombre limité de participants (30 scientifiques, académiciens, industriels), dans une ambiance décontractée favorise le dialogue autour de thématiques galéniques actuelles et célèbre la force du partenariat dans la recherche en pharmacie et dermo-cosmétique. Cette réunion conviviale donne lieu à la publication d’un bulletin technique diffusé, aujourd’hui, auprès du grand public sur notre site web. Mon père m’a également transmis l’amour du travail bien fait, l’exemplarité et le respect des autres. Ce sont des talents très humains qui transparaissent dans la culture d’entreprise aussi bien à travers la qualité des produits que de la relation avec les clients.

Quels sont les atouts de cette hérédité ?

Etre encore à taille humaine, indépendants, présents sur 2 marchés différents à l’international (75% du chiffre d’affaire est fait hors de France) nous procure l’agilité nécessaire à relever les défis du digital, de la responsabilité sociétale, du réglementaire,… Nous restons libres et responsables des orientations données à la stratégie d’entreprise. Au-delà de moi-même, je souhaite à nos enfants d’avoir la chance de continuer à façonner l’entreprise autour de nos valeurs fondatrices. Perpétuer cette vision du futur est ancré dans notre culture familiale et donc d’entreprise.

Qu’est-ce que la vie vous a enseigné que vous aimez transmettre à votre tour ?

La capacité à rebondir ! Apprécier le présent, être conscient de ce que l’on a, de ce que l’on est, de ce que l’on fait. Etre lucide et clairvoyant, se remettre en question pour réagir quand il le faut. Il y a toujours plusieurs chemins pour atteindre l’objectif, le principal est d’apprendre en avançant…

A lire aussi
Socio //

Mondialisation vs régionalisation

La mondialisation a favorisé une définition globale de la beauté. Mais aujourd’hui les pays émergents obligent les marques à s’adapter.

Tendance //

le culte de la beauté

Le produit « culte » n’est pas qu’une expression galvaudée et le monde de la cosmétique constitue un terreau fertile à son épanouissement...

Marché //

Vers une beauté intégrative ?

Bienveillance envers soi-même, nutrition, sport, relaxation, temps pour soi… Une approche globale se dessine pour rester belle le plus longtemps possible.