Tendances /

Longue vie à la Globe-blancheur

globe-blancheur.jpg
Culturellement plus prégnant en Asie, le teint clair, pâle, blanc, tout au moins sa "pureté" devient un critère de beauté universel. Et par voie de conséquence, ce marché des "whitenings", estimé à plus de 5,8 milliards de dollars*, devient global.
Plutôt que le simple métissage des populations, ce phénomène s’explique par la généralisation des anti-âges en croisade contre le teint terne et les taches du visage, du décolleté et des mains. Et cette préoccupation ubiquitaire se résout, paradoxalement, avec certaines spécificités géographiques. Bien que les marques internationales souhaitent une gestion globale en proposant les mêmes produits en Asie qu’ailleurs (elles y ont d’ailleurs des unités de recherche dédiées), certaines continuent à développer des gammes spéciales peaux asiatiques.

L'Asie

Partout sur le continent, la peau pâle a toujours signifié beauté, réussite professionnelle et statut social élevé. La femme asiatique apprend à protéger du soleil son teint de porcelaine, craignant bien plus l’hyperpigmentation que les rides ou la perte de fermeté. Les cosmétiques blanchissants font partie intégrante de son imposante routine beauté. Ainsi cette fonctionnalité enrichit tous les segments du marché du soin (hydratants, masques ou anti-âges). Suivie par l’Amérique latine, l’Asie est le plus grand marché soutenu par le Japon, la Chine et l’Inde.

Le Japon

Le culte voué par les japonais au blanc magnifique, signe extérieur de bien-être, porte même un nom, le bihaku. Et pour rester pâles, certains riches crédules avalaient de la poudre de perle ! Aujourd’hui le goût est plus à l’émulsion fraîche et légère.
Le Japon est le marché le plus développé du Nord de l’Asie (avec la Corée et Taiwan) où les "whitenings" ont un statut de "Quasi-Drug", intermédiaire entre médicaments et cosmétiques, aux actifs limités en nature et en dose.

La Chine

En Chine (marché en croissance permanente) et en Asie du Sud-Est, l'indispensable parapluie devient ombrelle, bouclier solaire intemporel. Comme au Nord, les dérivés de vitamine C sont les actifs leaders. Mais les différences de climat marquées entre le nord et le sud font varier la consistance des crèmes pour répondre aux besoins de nourrir ou d’hydrater la peau.

L'Asie du Sud-Est

Au sud, Singapour, la Malaisie et la Thaïlande suivent les tendances du Japon et de la Corée mais en réduisant les doses de vitamine C à moins de 3% pour des raisons de coût, associée à des extraits de réglisse et autres végétaux.
En Indonésie, au Vietnam et aux Philippines, seul le mercure est interdit mais la dangereuse hydroquinone sévit encore largement avec ou sans extraits végétaux. C’est au Vietnam, où l’on n’enfourche pas son scooter sans cacher du soleil le moindre cm2 de peau, qu’on est le plus sensible aux textures. La base stéarate nacrée s’enrichit d’artifices physiques tels des pigments de TiO2 pour renforcer l’éclaircissement instantané de la peau.

L'Inde

L’Inde arrive en 3è rang des marchés après le Japon et la Chine. Une peau claire a toujours été signe absolu de beauté, apanage des castes les plus hautes, atout jusque dans l’arrangement de mariages. Ceci explique pourquoi les hydratants visage, principaux pourvoyeurs de « blancheur » (84% du soin en 2010) devrait croître de 10,5% de 2009 à 2014*. L’actif phare y est la niacinamide, incorporé à des crèmes au stéarate dont l’aspect blanc, savonneux et nacré s’acclimate bien à la chaleur et l’humidité ambiante, donnant un fini mat et clair.

L'Amérique du Sud

Les sud américains utilisent encore peu de produits blanchissants mais le marché grossit notamment aux Mexique, Brésil et Vénézuela. La génétique et l’exposition solaire y favorisant mélanomes et hyperpigmentation, l’usage de solaires et de soins dépigmentants répond à un besoin croissant de protéger et d’harmoniser le teint. Les actifs blanchissants sont aussi incorporés dans des déodorants afin d’éclaircir des zones plus spécifiquement pigmentées comme les aisselles.

L'Occident

Aux Etats-Unis et en Europe, les actifs éclaircissants revendiquent un teint radieux ou lumineux. Quelque soit l’origine de ces populations très mêlées, avec l’augmentation de la durée de vie et de l’exposition solaire, les dyschromies sont un signe incontournable du vieillissement cutané. Et si les anti-âges revêtent tout type de galéniques, ce sont les sérums qui assurent les vieux jours du soin en France. Et partout s’insinue l’habitude d’étiqueter crèmes, sticks lèvres ou fonds de teint d’indices de protection solaires.

L'Afrique et le Moyen-Orient

Au Moyen Orient et en Afrique (surtout du Sud), les crèmes teintées claires ou blanchissantes sont extrêmement populaires. Malheureusement, souvent sont mises en avant des dérives dangereuses usant d’actifs violemment décolorants de la peau (dérivés de cortisone, mercure, eau de javel…) conduisant à des effets délétères sur la santé !


Mondial, ce marché devrait atteindre les 10 milliards de dollars en 2015, grâce à de nouveaux marchés à l’Ouest et à une croissance soutenue en Asie-Pacifique*.
Appliqués deux fois par jour, en cures de 3 mois (à répéter puisque l’action sur la mélanine est réversible) et dotés d’une manne de consommateurs de plus en plus masculins (500 millions d'hommes en Inde), les éclaircissants ont un avenir radieux !

* Euromonitor 2010, nbc. Com 2009, Global Industry Analysts 2010.
A lire aussi
Focus produit //

Gatuline® Spot-Light

Revendication n°1 en Asie, la lutte anti-taches devient aussi prédominante en Europe. Pour répondre à cette attente globale, Gattefossé lance Gatuline® Spot-Light.

Peau //

Peaux émergentes

La mondialisation conduisant à un métissage extrême, on ne peut plus vraiment dire que chaque population possède un type de peau particulier. Pourtant quelques particularités subsistent…

Dossiers thématiques //

Le blanc

Dédié au blanc, ce dossier rend hommage à cette teinte sous toutes ses formes et vous laisse carte blanche pour transformer ces pistes en créations beauté.