Tendances /

Les codes beauté se floutent

les-codes-beaute-se-floutent.jpg
La beauty sphere est en pleine évolution. Les canons de beauté classiques laissent place à une créativité et une liberté pleinement assumée. L’époque où seule la mode dictait les tendances beauté semble révolue : la beauté se démocratise, les consommatrices maîtrisent les codes et le font savoir haut et fort. Pour se faire belle, exprimons-nous avec audace !
 

Vive la couleur !

Ce vent de liberté se manifeste tout d’abord au travers de la couleur. En effet, on assiste depuis quelques saisons à son renouveau. Pour les gammes cheveux ou dans les teintes proposées en maquillage, les coloris font leur révolution pour s’affranchir des codes préétablis. De jeunes marques, à l’instar d’Urban Decay ou Nyx, en passe de devenir des géants de la cosmétique, imposent un rythme effréné en proposant des centaines de références à des prix abordables. Leur point commun : offrir une approche différente du maquillage traditionnel, grâce à une communication exclusivement digitale, basée sur les réseaux sociaux et les recommandations de fans.
 

Ambition web 3.0

Selon une étude A.T Kearney, le commerce en ligne européen des cosmétiques devrait croitre de 8% par an jusqu’en 2019, poussant ainsi les géants de la beauté à intégrer les outils du numérique dans leurs stratégies. De fait, L’Oréal ambitionne de booster ses ventes en ligne en collectant les données beauté des utilisateurs Google afin de personnaliser la relation entre ses marques et les consommateurs. Exprimer directement ses besoins n’est plus nécessaire, la data est là.
 

Network addict

En effet, ces tendances ne seraient rien sans l’usage des réseaux sociaux. Les influences make up d’aujourd’hui et demain se font et se défont sous les filtres d’Instagram et de Snapchat. Ces réseaux communautaires deviennent les portes paroles des générations Y-Z qui synthétisent ces bouleversements, laissant place à des personnages que la culture numérique érige en star.
Plus que de simples moyens de communication, les réseaux sociaux dictent les codes et les comportements des beauty junkies du monde entier. La beauty crediblity s’acquiert au nombre de vues sur sa page Youtube ou de likes sur son post Instagram.
Plus globalement, l’engouement croissant pour ces vidéos témoigne de la démocratisation des compétences. Et Internet a révolutionné la pédagogie et la diffusion des connaissances. La transmission, hier verticale (mère/fille), se fait horizontale (amies, influenceuses-amies) et virtuelle. Aujourd’hui, une vidéo et quelques commentaires semblent suffire à la maîtrise des gestes de la mise en beauté.
 

L’ère du DIY

Par ailleurs, conjointement à cette révolution, on voit apparaître un besoin en hausse : la personnalisation. En effet, face à la globalisation de la beauté, des consommateurs avisés devenus experts, sont à la recherche de cosmétiques qui répondent à leur propres besoins. Avec l’essor du DIY et des offres toujours plus diversifiées, le sur-mesure fait par et pour soi tend à séduire des cibles qui, par souci économique ou par respect pour l’environnement privilégient ce type d’approche.
L’enseigne Aroma Zone a converti de nombreux utilisateurs en permettant de réaliser soi-même des produits cométiques de A à Z. La plateforme beauté Lucette, quant à elle, offre des astuces beauté 100% personnalisées en fonction de son type de peau, de ses préférences et de son budget. Cette quête du sur-mesure, start-ups et leaders du marché l’utilisent en proposant des produits capables de s’adapter parfaitement aux attentes de leur clientèle. La cosmétique du futur s’appuie donc sur la technologie et des compositions hautes performances avec pour objectif correspondre au mieux au plus grand nombre. En témoigne les évolutions de la beauté connectée : l’application Make Up Genius qui utilise la réalité augmentée pour tester les produits de la marque n’est qu’aux prémices du changement ambiant.
 

Retour vers le futur

Certaines marques innovent en apportant des textures inédites en matière de make up. Ciaté, célèbre pour ses vernis à effets lance le Mani Marker : adieu le pinceau, les ongles se crayonnent ! Par soucis d’économies et de conscience écologique, lingettes démaquillantes (re)deviennent lavables et le mascara se solidifie comme il l’était encore dans les années 60. Des marques comme Lamazuna ou Besacosmetics font rimer beauty conscious et esprit vintage (rééditant les mêmes teintes depuis 1915).

 

Codage métissé

Enfin, l’émulation actuelle en cosmétique tient sa force d’inspirations diverses et variées. Les standards de beauté s’exportent. Les rituels sont réutilisés et adaptés. Ainsi, les cosmétiques asiatiques envahissent le marché mondial et selon une étude d’Euromonitor, d’ici à 2019, 80% du chiffre d’affaires mondial de l’industrie cosmétique viendra d’Asie. La K-Beauty et le boom du Liquid Care s’inscrivent donc dans la durée. De plus, la réappropriation des codes de beauté à travers le monde donne lieu à des associations inédites et créatives. Les mises en beauté ethniques se démocratisent avec l’augmentation des offres proposées. Une beauté métissée semble se dessiner avec pour mot d’ordre la liberté d’expression. Les dernières Fashion Week ont confirmé que les tendances beauté viennent du monde entier. De la ville en passant par les filtres des réseaux sociaux, la beauté fait son show.
 

Tout tout Youtube !

Une étude de 2015 menée par Google révèle qu’en France, 50% des internautes français vont sur Youtube et 60% des utilisateurs âgés de 16/34 ans estiment trouver des contenus qui les passionnent sur cette plateforme plutôt qu’à la télévision. Cette popularité, les Youtubeuses beauté l’ont bien comprise. Enjoy Phoenix, Sananas, Horia et consœurs sont devenues en quelques années (et quelques clics) de véritables ambassadrices beauté. En mai dernier, le salon Get Beauty Paris, a permis à 10 000 fans de rencontrer IRL (In Real Life) leurs idoles le temps d’une journée. Une telle notoriété donne de l’influence et les marques le savent. Grâce à leur vidéos/tutos/démos, les Youtubeuses peuvent aujourd’hui participer activement à la communication d’un produit. Toujours selon cette enquête, 34% des personnes qui regardent des vidéos beauté achètent un produit après avoir vu une vidéo et 47% considèrent qu’une vidéo beauté aide à la décision d’achat. Le créneau séduit également les hommes qui eux aussi, de plus en plus soucieux de leur image, se frayent un passage dans le monde de la beauté 2.0. Aux Etats-Unis, Patrick Starrr, Many Mua et Wayne Goss rassemblent à eux trois plus de 400 millions de vues. En France, le phénomène est moindre mais des « youtubers » comptent bien faire entendre leur voix en partageant avec leurs fans leur vision de l’homme moderne avec humour (Winslegue) ou en reprenant les codes qui ont fait le succès de leurs homologues féminins (Richard2609).

Et c’est sans compter les personnalités influentes qui partagent leurs beauty skills. En 2012, Kim Kardashian a dévoilé le secret de son teint sans imperfection, aux traits affinés : le contouring. La technique est alors reprise en masse par les beauty addicts et les gestuelles qui en dérivent (strobing, chroming, baking) font l’objet de nouvelles vidéos et de gammes de produits dédiés.



Une analyse proposée par notre partenaire Carlin International, groupe spécialisé en anticipation créative.
A lire aussi
Actifs //

Actifs "fards"

Bien souvent formulé simplement dans le but d’apporter une touche glamour, de camoufler les défauts cutanés, d’illuminer un teint fatigué, le maquillage se doit, de plus en plus, d’hydrater, de réparer, de cocooner… Zoom sur les actifs clé en maquillage !

Techno //

Hybridation en couleur

Sur le segment clé du maquillage, entre exigences techniques et besoins esthétiques, le formulateur doit trouver les astuces lui permettant de proposer du tout en un… Coup de projecteur sur un polymère qui nous promet de l’hybridation en couleur !

Peau //

Le défi du camouflage

Le désir de gommer des imperfections cutanées disgracieuses est monnaie courante. Mais avant de consulter un spécialiste, vouci un tour d'horizon des solutions cosmétiques les plus adaptées.

Conso //

Les codes beauté se floutent

Révolution au sein de la beauty sphere ! Les canons de beauté classiques laissent place à une créativité et une liberté pleinement assumée. La beauté se démocratise, les consommatrices maîtrisent les codes et le font savoir haut et fort avec audace !