Tendances /

La beauté tombe le masque

la-beaute-tombe-le-masque.jpg
Depuis quelques temps, le secteur des masques cosmétiques subit une petite révolution. La galénique « classique » du masque crème évolue pour laisser place à des textures plus ludiques que jamais ! On applique son masque, on se met en scène, et, via les réseaux sociaux, la déferlante des nouveaux masques se lance ! Petit tour d’horizon de ce que le marché propose.

Varions les plaisirs

Commençons donc par le multi-masking : un terme anglais qui consiste à appliquer plusieurs masques en même temps, sur différentes zones, afin d’en traiter les besoins spécifiques. Matifiant et astringent sur le front et le nez, hydratant sur les joues, anti-âge sur le front, les rides de la patte d’oie et du sillon nasogénien, éclat sur le reste du visage... Les possibilités ne manquent pas ! Les marques s’engouffrent sur le segment et proposent même des kits contenant deux ou trois masques pour une application multi-zones.
Outre la diversité des galéniques (crèmes, gels, patchs…), les zones d’application des masques se multiplient : sur le corps, le visage, les mains, les pieds… Le visage se sectorise également : contour de l’œil, nez, bouche, entre autres. Chaque zone a le sien !

Favorisons la pénétration

Autre galénique en vogue, les sheet masks en coton ou bio-cellulose, qui peuvent absorber jusqu’à 100 fois leur poids en eau, et par conséquent une grande quantité d’actifs. L’aspect occlusif favorise la pénétration des molécules et, 10 à 20 minutes de pose plus tard, la peau retrouve une nouvelle jeunesse ! Les coréens vont même plus loin. Ils proposent ces mêmes masques en versions imprimées : têtes d’animaux, acteurs de théâtre kabuki (théâtre japonais traditionnel)… Une nouvelle occasion de se mettre en scène !
La matière de ces sheet masks évolue elle aussi. On peut trouver des masques à base d’algues, de caoutchouc ou même intégrant une feuille métallique permettant aux actifs de pénétrer encore plus facilement pour une action optimale. Prenons comme exemple les rubber masks : ces masques « siliconés » ont une texture étonnante. Telle une seconde peau, ils épousent la forme du visage à la perfection. Leur petit plus : ils sont réutilisables. Mais on retrouve également les modeling masks qui surfent sur la tendance du DIY ! Le packaging contient la formule sous forme poudre, et il suffit alors d’ajouter la quantité d’eau adéquate afin de « formuler » le masque à la maison. A l’application, la texture devient caoutchouteuse ce qui facilite son retrait. Pas bête !

Revenons à la nature

Inspirés de la tendance asiatique, de nombreux masques noirs ou mud masks inondent le marché ces dernières années. Des ingrédients « bruts » inspirés de la nature (argile, boue, charbon, cendres volcaniques, algues, entre autres) se retrouvent dans ces formules, plutôt ciblées pour les peaux à imperfections.  Purifier et détoxifier, voilà le credo de ces masques d’un autre genre. Le charbon, grâce à son aspect poreux, va avoir la capacité d'attirer comme un aimant les impuretés de la peau afin de les éliminer. Certains ingrédients contenus dans ces formules ont même des propriétés particulières, comme la zéolite (une roche volcanique) ou le gypse, qui vont chauffer naturellement au contact de l'eau. De quoi augmenter ses bénéfices soin !

Osons l’effet 

Autre galénique innovante et populaire, les masques moussants/gazéifiés ou bubble masks. Ces textures crème dégagent du gaz et moussent au contact de la peau, la désincrustant ainsi en profondeur, sans pour autant l’agresser ni l’assécher. Exit la montre, lorsque le masque a fini de buller, c’est l’heure de rincer ! Autre effet surprenant, certaines galéniques changent de couleur en séchant, ce qui indique également le moment où le masque peut être retiré en douceur.
Tous ces masques ont une propriété commune : ils sont composés à plus de 85% d’eau. Cependant, une nouvelle génération arrive sur le marché : les dry masks ! Ils sont composés à plus de 80% d’actifs dans une formule anhydre ! Le masque s’attache par de petits liens, et à l’aide d’un léger massage, en réagissant à la température, au pH et à l’humidité de la peau, il diffuse ses actifs sur la zone à traiter. Et lui aussi est réutilisable.
Il est à noter que les ingrédients métalliques ont une place de choix dans ce type de masques. Aussi, les formules font la part belle à l’or, et particulièrement sous forme de nano-particules. Matériau bio-compatible avec la peau, l’or va permettre de lutter contre le stress oxydatif, de limiter les taches et d’agir comme agent anti-âge.  Un bon moyen de cumuler activité biologique et effet whaou !
Autre innovation, on voit apparaître dans certaines formules de la poudre de fer associée à des particules micromagnétiques. Purifiée et lissée par ce « champ de force électromagnétique », la peau est rajeunie. D’un simple passage d’aimant, le masque s’élimine.

En mode connexion

A l’heure du digital, apparaissent des masques en silicone médical, contenant des capteurs d’impédance miniaturisés nouvelle génération, capables de détecter le taux d’hydratation de la peau et d’identifier les zones à traiter en priorité via une application mobile. Une minute de pose permet au masque d’effectuer un diagnostic complet de l’état cutané. Il n’y a plus qu’à appliquer son soin fétiche sur la zone désignée. Le masque siliconé, replacé sur le visage, chauffe légèrement afin de booster l’efficacité du soin. Enfin, l’application mobile permet de suivre l’évolution de ses paramètres beauté, et d’adapter sa routine au jour le jour. Elle propose de faire des liens entre le mode de vie et les sensations ressenties par la peau et en déduit des conseils personnalisés.
Un masque au goût du jour : connecté, multifonctions, facile et rapide à utiliser, et permettant une forte personnalisation.

Optimisons la nuit

La plupart des masques demande un temps d’application de trois à 15 minutes. Mais, encore une fois l’Asie a renouvelé la routine. En effet, le taux de division cellulaire et l’absorption de notre peau étant plus important au cours de la nuit, pourquoi ne pas profiter de ce moment pour la traiter en profondeur ? C’est l’objectif affiché des sleeping packs (ou masques de nuit). Toutefois, ce soin se distingue des autres masques par sa texture… qui ne laisse pas supposer qu’il s’agisse d’un masque ! La formule est gélifiée, fraîche, légère et transparente, mais suffisamment filmogène pour faire pénétrer plus facilement les actifs (certaines sont même à mémoire de forme afin d’épouser au mieux les contours du visage). On applique le masque en couche fine avant d’aller se coucher et le lendemain au réveil, il ne reste plus qu’à rincer et à effectuer sa routine de soin habituelle pour découvrir une peau repulpée et lumineuse, comme sortant d’une bonne nuit de sommeil. Côté bénéfices, l’allégation anti-fatigue est la plus répandue, mais les marques se diversifient en proposant des actions purifiantes, régénérantes, anti-âge… afin de convenir au plus grand nombre.

Sortons masqués 

 
Pourquoi ne pas penser aux masques Gattefossé dans votre routine beauté ?

Le Detox Oxygen Mask 1529-1.07 est le complice des peaux déshydratées et en manque de soin. Sa texture épaisse et facile à appliquer purifie et détoxifie la peau grâce à la présence de CytobiolTM Iris A², de Phylderm® Végétal et d’argile noire. Ces actifs oxygènent et revitalisent la peau tout en la débarrassant de ses imperfections.
 
Notre masque Shake Me 1540-3.04 permet d’apporter une touche ludique à notre routine beauté. C’est une formule multi-fonctionnelle qui peut agir en tant qu’exfoliant lorsqu’appliquée seule sur peau sèche. Mais dès que l’on ajoute 6 fois son poids en eau en prémélangeant à l’aide d’un shaker, on obtient une mousse qui peut être appliquée en masque. L’Emulium Kappa² présent dans la formule aide à homogénéiser la phase anhydre tandis que le L.A.S. et que le sodium acrylates crosspolymer-2 permettent d’incorporer de l’eau dans la formule finale et d’apporter une bonne tenue à la mousse ainsi obtenue.
 
Autre texture pour un autre type de masque : le Japanese Serum 1400-2.02 peut très bien être utilisé afin d’imprégner des sheet masks. En effet, cette lotion légère, obtenue avec seulement 1,5% d’Emulium® Mellifera, laisse un film résiduel très fin sur la peau, tandis que LipocireTM A SG et Acticire® améliorent ses propriétés sensorielles. Agent détoxifiant, Mala’KîteTM apporte sa couleur légèrement bleutée à la formule.

Maintenant, tout de suite !

Cependant, bon nombre de consommateurs ne sont pas prêts à attendre une nuit entière pour obtenir des effets visibles. En plus d’être des traitements « intensifs » (plus concentrés que des crèmes de soin), les masques se doivent de répondre aux attentes de leurs utilisateurs, à savoir des bénéfices immédiats, à la minute près. Les formules prônant un temps de pose de dix à 15 minutes (ou même les sleeping packs) sont concurrencés par ces masques flash qui promettent des bénéfices en une à trois minutes seulement. Une mine fatiguée ? Qu’à cela ne tienne, en une minute chrono, la peau retrouve son éclat et sa vitalité. L’allié idéal pour une soirée improvisée après une longue journée.
 
D’une galénique que l’on pensait « dépassée » l’innovation a jailli et ne semble pas prête de se tarir !
 
A lire aussi
Focus produit //

Emulium® Mellifera MB

Afin de pouvoir créer des textures adaptées à chaque consommateur, Gattefossé a développé un nouvel émulsionnant sensoriel et innovant : Emulium® Mellifera MB.

Focus produit //

Emulium® Kappa²

Basé sur une association végétale brevetée, Emulium® Kappa² émulsionne et confère aux produits de soin des propriétés actives et une sensorialité unique.

Focus produit //

Lipocire™ A SG

Agent de texture naturel et durable, Lipocire™ A SG donne du corps aux formules cosmétiques et leur confère un toucher plus onctueux, ultra fondant. 

Focus produit //

Acticire®

Agent sensoriel naturel et intelligent, Acticire® MB sublime les formules d’une exquise sensorialité tout en hydratant l’épiderme.

Actifs //

Le retour des produits bruts

A l’heure de la transparence, de l’avènement du naturel et de la quête de sens, le retour des ingrédients bruts n’est pas une coquetterie régressive !