Tendances /

Beauté active

beaute-active.jpg
Haut niveau ou loisir, de la haute montagne au fond des océans en passant par des pratiques urbaines, le sport fait, de nos jours, partie intégrante du style de vie. L’entrainement ou la compétition sont devenus lieu de dépassement, de jeu, de rencontre avec une copine, un adversaire ou soi-même.
Valeurs fortes, nouvelle expérience sociale, source de bien-être, prolongement de la vie active… Le sport anime la beauté, naturellement.
 

Adopter l’athleisure, c’est entretenir son image

Dans une société de performance, de recherche d’épanouissement et d’apparence, la pratique du sport a évolué et est entrée dans le quotidien : présentable pour aller au fitness, désirable pendant sa séance (selfies et réseaux sociaux obligent) et toujours sexy après pour partager un en-cas vegan. C’est ainsi que le concept athleisure en mode (« tenue décontractée, destinée à la fois à la gym et à la vie de tous les jours ») s’étend à l’industrie cosmétique qui va jusqu’à déposer les termes « athleisure skincare ».
Dans cet esprit, sont développés des produits haute performance -testés en conditions extrêmes (dans une chambre de transpiration pendant un cours de spinning)-, résistants, protecteurs au rendu naturel. Mis au point avec l’expertise de spécialistes de la médecine sportive ou d’athlètes telles des joueuses de foot américain frustrées de ne pas avoir de fond de teint adapté au passage télé. Ces anciennes professionnelles pensent que paraître à son avantage renforce la confiance et donc améliore la performance. Ainsi apparaissent des formats nomades, unidoses, avec système d’application intégré, à glisser dans le sac de sport pour s’entrainer, se rafraîchir le visage, se nettoyer le corps, faciliter la récupération… Certains produits adaptés aux rigueurs de la vie active existaient déjà certes (ex : mascaras waterproofs) mais n’étaient pas positionnés sporty. Destinée à cette nouvelle génération « transpirante » susceptible de s’instagramer #runningmotivation, leur distribution couvre les studios de pilates ou des corners dédiés, offrant des kits produits nommés « héros des sacs de gym ».
 

Respirer, c’est irradier

Le TRX ou le body pump, entre autres bienfaits, apportent aux cellules une bonne bouffée d’oxygène. Et c’est pour reproduire cet effet « mine radieuse » que certaines gammes ont fait de la respiration leur axe central, en mettant en avant le terme « oxygène ». Pour exemple, des soins urbains à base d’algues, revendiquent « lumineuse, la peau respire toute la journée ». Une autre gamme intitulée « prends une profonde inspiration » à la texture légère, sans huile, aux anti-oxydants, avec un SPF, se veut oxygénante grâce à sa technologie « clean-air ». Comme avec un masque à oxygène, la peau peut à nouveau respirer librement.
Et à l’instar des textiles de sport techniques qui deviennent urbains, un soin matriciel breveté revendique d’envelopper le contour de l’oeil d’une toile viscoélastique et respirante. Flexible, son polymère offre un coussin amortisseur des micro-mouvements oculaires (« équivalents à plus de 8 km de marche à pieds par jour »), comme une basket anti-choc qu’on enfile avant un footing !
 

Transpirer, c’est régénérer

L’effort du crossfit ou du vélo elliptique intensifie la fréquence cardiaque et élève la chaleur corporelle. Outre la thermo-régulation inhérente, transpirer est souvent recherché afin d’éliminer les toxines. Débarrassée des impuretés logées dans les pores, la peau est plus nette et éclatante.
Et pour ce qui est de la clarté du visage, quand on décide de stimuler le renouvellement cellulaire en basant le protocole sur l’entraînement fractionné des marathoniens (High Intensity Interval Training, qui alterne phases d'effort et de récupération), cela donne un peeling « musclé », agissant en deux phases (endurance puis accélération) de 14 nuits.
Si transpirer est bon, notre société hygiéniste en réprouve catégoriquement les conséquences : mauvaise odeur et zones d’humidité apparentes. De plus, la sueur favorisant le développement bactérien, son corollaire, les douches fréquentes, accélère le vieillissement cutané en agressant la peau. Ainsi une gamme de soin et d’hygiène, intitulée « peau en pleine forme », nettoie le sel et les bactéries dues à l’effort et booste le corps après l’exercice en lui apportant les électrolytes perdus : magnésium, sodium. Et en absence d’eau, une marque inspirée du yoga lance des lingettes pré-imprégnées biodégradables et compostables à base de neem anti-bactérien et de menthe poivrée rafraîchissante. Dans ce cadre, on observe également que l’usage du shampooing sec post-entraînement, a explosé.
Pour bénéficier des effets positifs de la transpiration sans les boutons, l’idéal serait de se démaquiller avant sa séance. Mais pour paraître naturelle et masquer rougeurs et brillance, des BB crèmes ou des fonds de teint fluides à l’effet nude, sans parfum, sans silicones ultra-légers évitent l’occlusivité. Un mascara enrichi en fibres ou un eye-liner waterproof, estampillés « sport », se positionnent désormais sweatproof, anti-bavure, tenue 24 heures, haute couvrance et anti-yeux de panda. Et pour fixer le maquillage, les bases de teint, paupières et lèvres se multiplient, pendant que des noms évocateurs fleurissent tels « No pain, no gain, Testosterone, Muscu-Linity ». Une marque américaine s’appelle même « Transpiration » !
 

Hydrater, c’est raffermir

Danse, natation ou course, de manière générale, l’activité physique régulière avec son lot de perte en eau, d’expositions aux UV, au froid, au vent, de douches répétées ou de frottements, assèche la peau.
Pour compenser son manque hydrique, le sportif boit… Et naturellement, ce qui est assez sain à ingérer semblerait l’être pour un contact prolongé avec les tissus cutanés. Ainsi les jus de super fruits ou légumes (grenade, radis noirs, curcuma) et les eaux végétales font des émules dans la beauté. A noter, grâce à la capacité de cette plante désertique à concentrer vitamines, minéraux, oligoéléments et nutriments, l’eau d’aloe vera régénérante à haute dose est considérée comme hydratante et apaisante à 30%. Egalement auréolé de ses bienfaits nutritionnels healthy, le jus extrait des noix de coco s’incorpore aux formules. Exotique, hydratant et reminéralisant, il désaltère la fibre capillaire sans l’alourdir. Cette eau contient également de la cytokine, une protéine de régénération cellulaire, ainsi que de l’acide laurique aux propriétés anti-âge reconnues. Transversale, elle déverse ses vertus dans nombre de produits, de l’eau micellaire hydratante à la brume fraîche qui donne de l’éclat, fixe le maquillage ou hydrate le corps.
Car la femme active dispose d’une nouvelle gestuelle qui révolutionne le fastidieux rituel de l’hydratation corporelle : les brumes. Ni grasses ni collantes, plus légères qu’un lait, elles s’appliquent d’un tour de main, pénètrent vite avec une sensorialité instantanée : des plus légères (eau infusée d'un cocktail de thé vert, camomille ou concombre) pour rafraîchir après l’effort, aux plus nourrissantes (acide hyaluronique, amande douce et karité).
Pour grossir le trait une marque a ingénieusement proposé un set de sport composé, notamment, d’un hydratant SPF 20 à la texture légère, présenté dans une gourde transparente illustrant l’importance de l’hydratation interne comme externe.
 

S’entrainer, c’est se faire plaisir

Fitness et yoga sont les mots magiques repris par la cosmétique pour s’adresser aussi bien aux sportives qu’aux paresseuses… D’une part, celles qui savent ce que transpirer veut dire seront réceptives aux termes « sculptez votre corps », « fermeté et récupération » ou « résultats des efforts décuplés » et apprécieront une petite séance de gymnastique (ou yoga) faciale ou la discipline de l’auto-massage pour remodeler et tonifier le visage. Ces exercices, avec une crème ou une huile, stimulent la microcirculation pour favoriser la production de collagène et d’élastine. D’autre part, les allergiques au sport peuvent se laisser séduire par un outil motorisé pour l’entretien de la silhouette qui raffermit, affine et améliore la qualité de la peau ou des artifices beauté aux effets identiques à ceux des efforts physiques. Par exemple, une émulsion amincissante, véritable « coach anti-capitons » qui prévient le restockage des graisses pour un résultat minceur durable. Elle « mime les effets d'un entraînement sportif en accroissant le besoin et la production d'énergie dans les cellules graisseuses". De même, sans avoir à monter sur une planche, le spray d’eau salée apportant volume et tenue, reproduit la chevelure wavy de la surfeuse...
 

Innover, c’est muscler les formules

Que ce soit à la ville ou pour les épreuves les plus extrêmes du triathlon, des matières hautement performantes gainent le corps. Alors qu’une marque visant à reconnecter yoga et rituels de beauté a lancé une ligne qualifiée de « tenue de yoga des soins de la peau », des textures mousse, gomme, latex s’inspirent de l’équipement des sportifs pour apporter fluidité et fonctionnalité aux cosmétiques. Ainsi les formules de maquillage font fi de la transpiration. De faibles pourcentages de polymères évitent les grumeaux, écailles, taches, gouttes, traces pour des textures à la fois légères et longue tenue qui n’obstruent pas les pores pendant l’entrainement. Autre exemple, une crème anti-frottement dépose un film lubrifiant naturel sur les zones d’irritation potentielle (combinaison sèche ou humide, chaussures,…). De l'ozone y est incorporé comme actif antimicrobien et antifongique ainsi que des actifs hydratant, protecteur, apaisant. Enfin, les solaires voient leurs formules progresser sans cesse : poudre libre qui ni ne colle ni ne coule dans les yeux, brume pour le corps sans huile au toucher sec qui s'applique sur peau mouillée ou gel visage au fini mat complètement transparent -et ce, sans alcool-. Testés sur des athlètes, certains revendiquent résister à la transpiration jusqu’à 80 minutes d’exercice alors que d’autres, à l'application, font baisser la température cutanée d’environ 10°C. Cette sensation est relayée ensuite par des polymères qui libèrent, sous l'effet de la chaleur, un actif mentholé qui génère une seconde cascade de fraîcheur. D’autres polymères intelligents sont capables de réagir en fonction des conditions extérieures et des capteurs de minéraux ioniques qui, au contact de l’eau et de la sueur, se réarrangent pour épouser les micro-reliefs, uniformiser la couche protectrice et optimiser la protection UV (jusque 10%).
Comme les nouveaux sports qui couplent leurs bienfaits (yoga-boxing, aqua-biking ou sirène fitness), les soins multifonctions innovent en hybridant, par exemple, protection solaire et BB Crème pour masquer les rougeurs. Autre innovation, le sport devient un ingrédient intrinsèque de la formule quand le soin capillaire est directement activé par l'effort. Notamment des brumes thermiques ou des masques s’appliquent avant l’entrainement pour être activés par la chaleur du scalp.

Alors, à bout de souffle cette tendance athbeauty ? C’est peu probable !
Que ce soit dans le marketing où le discours se renouvelle astucieusement, l’emballage qui épouse les codes sportifs ou la formulation qui suit le mouvement, les industriels n’ont pas fini de transpirer...
A lire aussi
Focus produit //

Gatuline® Radiance

Avec une nouvelle objectivation sur peaux asiatiques, Gatuline® Radiance offre une réponse efficace et globale à la recherche du teint parfait.

Actifs //

Mode action : ON !

Cellules boostées, métabolisme stimulé, toxines éliminées...voici de quoi apporter à vos développements Active Beauty l'assurance d'une action ciblée et efficace.

Dossiers thématiques //

Sport et beauté

" Un esprit sain dans un corps sain ". Comme une déclinaison de cette devise dans l’univers cosmétique, l’Active Beauty s’ancre dans nos quotidiens. Cette tendance forte, que de nombreuses marques ont déjà transformée en produits de soin et de bien-être n’en est encore qu’à son début.