Tendances /

Be Healthy, Be Pretty !

be-healthy-1.jpg
Dans un contexte chamboulé par les crises économiques et l’accélération des rythmes de vie, la préservation de soi est devenue un enjeu majeur. La santé devient le graal et l’univers médical constitue désormais une valeur refuge.
Parallèlement le vieillissement de la population renforce le culte de la santé qui devient synonyme de jeunesse… mais aussi de beauté !
Conséquence : les frontières entre médecine et beauté finissent, peu à peu, par s’estomper. Focus sur ce phénomène. 

Vive le « Healthy lifestyle » !

La montée du holisme dans nos sociétés – ex. une conception globale de la beauté qui fait rimer bien-être intérieur avec beauté extérieure-  impacte nos pratiques et notre consommation au quotidien.  
Pour être belle, il faut adopter une hygiène de vie plus saine, un  régime alimentaire équilibré, une activité physique et méditative régulière pour une sensation de bien-être général à vivre au quotidien.
« Que ton alimentation soit ta première médecine », les prescriptions d’Hippocrate semblent, plus que jamais d’actualité ! C’est le back to basics : on revient aux préceptes de base d’une alimentation saine, on réhabilite l’équilibre alimentaire pour protéger sa santé et accroitre sa longévité ! Conséquences : naturopathie, cantines healthy, cures détox et autres régimes gluten-free ne cessent de se multiplier. Le juicing se banalise tout comme le succès des super aliments (baies d’açai et autres graines de chia).  Un engouement qui trouve son public auprès de consommateurs motivés par le «prendre soin de soi» et lassés par des crises sanitaires récurrentes.
Autre symptôme de ce mouvement Healthy : la prise en compte des bienfaits du sport sur la santé et la beauté. Le sport devient gage de sauvegarde de notre capital beauté. En témoigne la montée du sport au féminin : en 2013, les françaises étaient ainsi près de 3,4 millions à chausser régulièrement leurs baskets soit 170% de plus qu’un an plus tôt !1
Parallèlement, la pratique de sports méditatifs (yoga, Pilates, body balance…), promettant une beauté intérieure qui se répercute forcément sur l’apparence physique, se banalise. D’ailleurs, en décembre 2014, l’Assemblée générale des Nations Unies, à l’initiative du premier ministre indien, a adopté une résolution instaurant le 21 juin comme «Journée internationale du yoga». Peu étonnant sachant qu’il compterait déjà 250 millions d’adeptes à travers le monde….Le vieil adage « un esprit sain dans un corps sain » n’a jamais été aussi vrai !
 

Daily self-control

Balances intelligentes, glucomètres pour les diabétiques, trackers d’activité, brassards tensiomètres… La panoplie  d’objets connectés médicaux ou applications mobiles de quantified-self (ex. de maitrise et de contrôle de soi) ne cesse de se développer.  En procurant des informations sur notre activité physique et notre forme, ces objets permettent de mieux surveiller notre santé au quotidien via la pratique d’autodiagnostics qui nécessitaient, il y a peu, la présence d’un médecin et renforcent notre autonomie. 
Au rayon bien-être, Withings Aura est un système intelligent de mesure et d’analyse qui permet d’améliorer la qualité de notre sommeil. Du côté de la santé, Mirocolus, réalisé en impression 3D, repère et analyse les bio-marqueurs de traitement micro ARN, pour une détection de cancers immédiate et peu coûteuse. 
Proximité, mobilité et praticité définissent ces nouveaux objets intelligents qui révolutionnent notre rapport au bien-être et à la santé et dédramatisent le suivi médical. Aussi 91% des médecins jugent que la santé connectée est « une opportunité pour améliorer la prévention » des maladies chez les patients. Ce qui augure un marché de l’e-santé en pleine expansion, qui pourrait ainsi dépasser 20 milliards d’euros en 20172.  

La caution « blouse blanche » : rassurante et désirable.

La santé comme gage de beauté, une posture qui encourage également la valorisation de l’univers médical pour les valeurs de « vérité » et de « performance » qu’il véhicule… Là aussi, la cosmétique s’en inspire largement.
Conséquence: les rayons dermo-cosmétiques des pharmacies connaissent un véritable boom. Leur atout principal ? Une forte crédibilité. Les essais rigoureux, les formules scientifiques et l’expertise pharmaceutique séduisent. En quête de réassurance, le consommateur perçoit  « la croix verte » comme un véritable gage de confiance.
Face à cette posture, le marché s’adapte. Les marques et pas seulement celles distribuées en pharmacie s’inspirent de la rhétorique de laboratoire. « Hypoallergénique », « testé en laboratoire » ou « sous contrôle dermatologique », le discours marketing des produits cosmétiques a pris depuis plusieurs années des allures scientifiques. Il s’agrémente d’arguments chiffrés et de noms de molécules compliquées pour un effet garanti : renforcer l’idée d’efficacité. 
La caution scientifique inspire aussi le développement de produits « médecine-like » ! Ces cosmétiques s’inspirent de la médecine esthétique en puisant dans ses codes esthétiques et en promettant des résultats similaires.  Les spas et instituts montent en gamme côté diagnostics, machines et accessoires d’aide à l’obtention de résultats record, convainquant de plus en plus de consommatrices tentées par des solutions performantes (interventions, traitements dermato…). 
Enfin, l’émergence de nouveaux outils digitaux vient enfin renforcer la caution médicale des  marques de beauté grâce à l’émergence de diagnostics personnalisés express sur le lieu de vente. Consultation sur iPad, photo 3D de la peau sur smartphone, applis maquillage ou anti-âge, les appareils de mesure eux aussi s’inspirent de ceux des laboratoires cosmétiques. 

Demain : les médecins, nouveaux « beauty makers » ? 

Techniques et pratiques médicales sont peu à peu dédramatisées et se démocratisent, plaçant le médecin au cœur de la beauté de demain.
L’esthétique médicale a le vent en poupe: injections et techniques non invasives - peeling, laser, injection de botox - progressent au détriment des opérations chirurgicales plus lourdes. 
Les médi-spas, nouveaux centres consacrés au bien-être et à la médecine esthétique connaîssent un succès considérable aux USA et désormais en Europe tout comme l’essor des produits autologues – utilisant les cellules issues du corps humain pour des soins sur-mesure.  
Ce qui nous attend demain ? La banalisation de la médecine prédictive et une connaissance parfaite des spécificités de notre beauté. Chacun sera à même de dresser  une « aging map » de son corps et de sa peau de manière à prédire son évolution pour des soins cosmétiques 100% personnalisés !

1Baromètre du running Caisse d’épargne 2014
2Sondage Odoxa, janvier 2015.
A lire aussi
Actifs //

Des actifs en "blouse blanche"

Sélection d'actifs pour les consommatrices à la recherche de performance qui n’ont pas forcément envie de passer par la case bistouri ou injections !

Marché //

S.O.S. médecin

Le cabinet du dermato inspire nombre de marques en termes d’ingrédients, de protocoles… Mais jusqu’où la cosmétique ira-elle pour s’arroger une caution médicale ?

Dossiers thématiques //

Prescription beauté

Lignes dédiées aux problématiques de peau dermatologiques, lignes haute efficacité, Dr Brands... la beauté médicale a le vent en poupe !