Peaux et activité /

Oxygène, peau et cosméto

Que ce soit d’un point de vue symbolique, ou au même scientifique, c’est un fait : l’oxygène (au même titre que l’eau), c’est la vie ! Essentiel aux mécanismes vitaux, comme la photosynthèse chez les végétaux, cet élément est surtout indispensable à la respiration, celle de nombreuses espèces d’insectes, des animaux, des humains… tout comme celle des plus petites unités vivantes, telles les bactéries ou encore les cellules de notre peau !

L’Oxygène, source d’énergie

Si l’air inspiré contient quasiment 21% d’oxygène, l’air expiré n’en contient plus que 17%. En revanche, la teneur en gaz carbonique augmente de 0,03% à 4%. Le corps "brûle" en fait l’oxygène dans les muscles et rejette du gaz carbonique. Pourquoi ? Pour produire de l’énergie !
Transféré par les alvéoles pulmonaires, transporté dans tout le corps par le sang, l’oxygène arrive au cœur de chaque cellule jusqu’à un organite-clé : la mitochondrie. Véritable centrale énergétique, elle est le siège de la respiration cellulaire, pourvoyeuse d’ATP (Adénosine TriPhosphate). Cette molécule est LE combustible énergétique de nos cellules.
Si le feu produit de la chaleur en consommant de l’oxygène et en dégradant une matière organique (le bois par exemple), il en est de même lors de la respiration mitochondriale ! La mitochondrie transforme, en présence d’oxygène, les nutriments apportés par notre alimentation en énergie. Dans ce cas, celle-ci n’est pas disponible sous forme de chaleur mais sous forme d’énergie chimique : l’ATP.

Des soins qui ne manquent pas d’air

Très peu connu des consommateurs, l’ATP se fait la plupart du temps voler la vedette par l’oxygène. En effet, s’il est impliqué à la base de ce mécanisme de respiration cellulaire, l’oxygène est aussi porteur d’une symbolique à la fois universelle et positive se référant aux notions de : pureté, transparence, énergie, vitalité… De bonnes raisons pour les marques pour le mettre sur le devant de la scène. Les cosmétiques communiquent donc autour de l’oxygène pour rebooster nos cellules fatiguées par un mode de vie effréné. Ces formules ventilent notre peau, soit en dopant ses apports en oxygène via divers composés et stratèges, soit en relançant le mécanisme de respiration cellulaire.

Des soins "à l’oxygène actif"

Il n’est pas si simple d’introduire un gaz dans un produit cosmétique. D’autant que l’oxygène est une molécule relativement réactive, qui devient instable dès qu’elle perd un électron. Alors pour relever ce défi, les marques adoptent différentes stratégies…

De l’eau oxygénée source d’O2

Molécule bien connue de nos pharmacies, l’eau oxygénée (H2O2) permet de former de nouvelles molécules d’O2 in situ directement dans la peau selon une réaction enzymatique régulée par la catalase :
H2O2 + H2O2 => 2 H2O + O2
Si la solution semble simple, presque idéale, H2O2 est un composé très règlementé, dont la concentration est limitée en cosmétique. En effet, en présence de cations métalliques, il peut aussi générer le radical hydroxyle (•OH), espèce réactive de l’oxygène aux effets délétères sur la peau.

Des radicaux source d’O2 ?!

Transformer des composés dangereux pour la peau en éléments vitaux, un rêve ? Eh bien non ! En effet, lorsque les antioxydants de nos crèmes cosmétiques stoppent le stress oxydatif, ils transforment tout simplement les espèces réactives de l’oxygène en oxygène stable et en eau, faisant ainsi de ces ennemis cutanés des alliés positifs. Certaines marques revendiquent ainsi un effet oxygénant des antioxydants. Pourquoi pas… ?! Les consommateurs apprécieront certainement de pouvoir convertir des espèces néfastes pour la peau en anges de l’oxygénation.

De l’oxygène stabilisé

Plutôt que de créer localement de l’oxygène, une autre stratégie consiste à utiliser des molécules capables de le piéger et de le véhiculer, pour le diffuser au cœur de la peau. Pour cela, les marques utilisent le plus souvent des composés organiques spécifiques : les perfluorocarbures. Bien connues des médecins, ces molécules sont utilisées comme substitut de l’hémoglobine dans le cas d’hémorragie grave. En effet, grâce à leur richesse en atomes de fluor, elles forment des sortes de « cages » polaires dans lesquelles l’oxygène est capturé dans sa forme native. Il peut alors être transporté là où le corps en a besoin. Mais attention à l’image de ces composés, connus également pour leur rôle dans le dérèglement climatique puisqu’ils font partie des gaz à effet de serre.

Une peau qui respire

Plutôt que d’apporter de l’oxygène aux cellules, certains soins préfèrent agir directement sur le mécanisme de respiration cellulaire. En le stimulant par des moyens divers (apport en nutriments, en oligo-éléments, en phytostimulines…), ils permettent de mieux utiliser l’oxygène de l’environnement et de fournir ainsi plus d’ATP à la peau. Stimuler l’oxygénation, c’est contribuer à redynamiser la peau !
Divers actifs, aux natures et origines variées, boostent la consommation en oxygène des cellules et permettent ainsi de relancer leur activité, leurs synthèses...

Phylderm® Végétal C²: l’oxygène vert des cellules

Extrait de graines de soja prêtes à germer (donc dans une phase de croissance offrant une composition extrêmement riche), Phylderm® Végétal C² insuffle vitalité aux épidermes asphyxiés. Issu d’un procédé d’hydrolyse ménagée, cet extrait végétal bénéficie d’une composition unique et spécifique en peptides, acides aminés et sels minéraux. Cette richesse en composés dynamisants lui permet d’offrir une véritable bouffée d’oxygène à la peau. Des mesures d’oxygraphie menées sur kératinocytes et fibroblastes ont ainsi démontré que Phylderm® Végétal C² était capable d’augmenter leur consommation d’oxygène. Cette stimulation de la respiration cellulaire a notamment pour conséquence de booster la croissance cellulaire (tests in vitro sur cultures de kératinocytes et de fibroblastes).

Gatuline® RC BIO : la force vivifiante des bourgeons

Issu de bourgeons de hêtre, Gatuline® RC BIO concentre le meilleur de ces embryons de vie végétale : flavonoïdes, peptides, phyto-hormones, phyto-stimulines… apportant ainsi à la peau ses propriétés dynamisantes. Le métabolisme cellulaire est re-boosté : jusqu’à +71% de consommation d’oxygène (mesure d’oxygraphie à différentes concentrations). Plus actives, les cellules augmentent leurs synthèses protéiques (+42%, testé à 0,4% in vitro sur kératinocytes). La peau se restructure de l’intérieur pour un effet à la fois lissant : -10% de profondeur des rides en 4 semaines (crème à 2% testée in vivo), et hydratant : +30% d’hydratation (cornéométrie 12h après la dernière application de cette même crème à 2%).

Oli’Vîne® : du magnésium énergisant

​Les oligo-éléments sont des composants essentiels à la peau car ils interviennent dans de très nombreuses réactions comme co-facteurs. Au cœur de la respiration cellulaire et de la production d’ATP, on retrouve ainsi le magnésium, bien connu dans tous les compléments alimentaires anti-fatigue boosteurs d’énergie. Pour apporter à la peau du magnésium d’origine naturelle, stabilisé sous forme biodisponible, Gattefossé a sélectionné une pierre d’origine volcanique: le péridot (un carbonate de fer et de magnésium) et en a tiré un extrait liquide : Oli’Vîne®. Des tests d’oxygraphie montrent qu’Oli’Vîne® stimule de façon dose-dépendante la respiration cellulaire des cellules cutanées (kératinocytes et fibroblastes). D’autres tests menés sur ces mêmes cellules ont permis de prouver que cette consommation accrue en oxygène se traduit par l’augmentation significative du taux d’ATP cytosolique. En boostant le niveau d’énergie intra-cellulaire, Oli’Vîne® permet de défatiguer la peau, de lui redonner du tonus et de mieux se défendre contre les attaques environnementales. De nombreux tests in vitro ont ainsi démontré une résistance cellulaire au stress renforcée (Impact sur la prolifération et la sénescence cellulaires, sur l’oxydation intracellulaire, sur le potentiel membranaire mitochondrial).
A lire aussi