Peaux et activité /

Les Sucroesters Surfhope®

Envie de naturalité et d’originalité ? Les Sucroesters Surfhope®, 100% d’origine naturelle, nés de l’union entre le saccharose et un ou plusieurs acides gras d’origine végétale, peuvent être la solution à de nombreux développements et projets. Cet article liste quelques éléments clés, identifiés comme essentiels, pour les manier avec brio.
 

Naturalité et diversité

Sans PEG, totalement naturels et d’origine végétale, 100% biodégradables, les Sucroesters Surfhope® présentent une excellente tolérance cutanée. Selon leur HLB, ces émulsionnants naturels permettent la réalisation d’une large gamme de textures : fluide sprayable ultraléger, baume riche ou encore moussant à la mousse fine et robuste…



Astuces pour la formulation d’émulsions traditionnelles :
  • Pour une parfaite stabilité, on recommande de coupler un grade de haut HLB à un co-émulsionnant de bas HLB. Dans le cadre de formules naturelles, il est possible de combiner les Sucroesters Surfhope® de haut HLB avec le Géléol® ou encore Acticire®. 2 à 6% du couple émulsionnant suffisent mais il est nécessaire d’ajouter un agent gélifiant et/ou agent de consistance pour garantir la stabilité à la chaleur.
  • L’émulsification traditionnelle se fait ensuite en ajoutant la phase huileuse chauffée à 75°C dans la phase aqueuse à 75°C, sous agitation cisaillante (rotor-stator). Les Sucroesters Surfhope® auront préalablement été incorporés dans la phase pour laquelle ils présentent le plus d’affinité (figure 1) :
  • Ceux dont le HLB est supérieur à 5 trouveront leur bonheur en phase aqueuse.
  • Ceux dont le HLB est inférieur à 5 préféreront la phase grasse.
 

Du gel D-Phase à l’émulsion D-Phase diluée

Le gel D-Phase est une texture venue du Japon dont la particularité est d’être le résultat d’une émulsification séquentielle. Les quatre ingrédients essentiels à la formation du gel de base sont les Sucroesters Surfhope® (3-10%), l’eau (3-12%), les polyols (10-45%) et enfin l’huile (40 -80%).

Etape 1 : Réalisation du gel D-Phase transparent ou translucide
  A- Empâtement et dispersion des Sucroesters Surfhope® un par un (couple recommandé Surfhope® C-1216/C-1816) dans l’eau et la glycérine.
Attention cette étape est cruciale : si des particules sont en suspension cela signifie que la dispersion n’est pas complète.
Il faut donc s’assurer de la totale disparition de ces particules avant de      passer à l’étape suivante.
  B- Ajout lent de la phase grasse à chaud et sous agitation (turbine, rotor/stator, défloculeuse…). La vitesse d’agitation doit être ajustée en fonction de la viscosité (La fourchette d’agitation classique est entre 500-2000 trs/min).
  C- Finir par l’incorporation des ingrédients sensibles.

Le gel D-Phase se dilue spontanément au contact de l’eau, permettant ainsi un rinçage extrêmement aisé, particulièrement apprécié pour les produits de démaquillage ou les gommages. Cette dilution s’accompagne d’une transformation visuelle : la transparence fait place à une émulsion lactée, induisant ainsi une perception de soin dans la gestuelle produit (douches nourrissantes, gommages-crèmes…).
Exemples de formules : le D-Phase Make-Up Remover SF 1226-B et le Citrus Body Scrub SF 1169-A




Astuces pour la formulation d’un gel D-Phase :
  • La formulation sous vide est conseillée industriellement pour l’obtention d’un gel transparent.
  • Pour obtenir ce type de texture, l’utilisation des grades de HLB 16 est nécessaire.
Etape 2 : Dilution du Gel D-Phase et obtention d’une émulsion D-Phase diluée
L’ajout d’eau nous fait glisser d’un état de gel D-Phase à une émulsion D-Phase diluée qui ne sera plus transparente mais blanche (Figure 2).
  A- Préparation de la phase aqueuse en fonction de la viscosité souhaitée. Il est ici nécessaire d’ajouter un gélifiant pour stabiliser la formule.
  B- Incorporation de cette phase aqueuse. Cette étape peut être réalisée à froid.
  C- Finir par l’incorporation des ingrédients sensibles.

A noter : ce type d’émulsions est à la fois très léger et stable par rapport à une émulsion classique ne passant pas par un intermédiaire gel D-Phase… Et ce, à un prix raisonnable puisque 0,8 à 1,2% d’émulsionnant suffisent.
 

Pousse-mousse !

A faible pourcentage, les Sucroester Surfhope® C-1216 sont d’excellents boosters de mousse, allant même jusqu’à jouer un rôle de surfactant secondaire à concentration plus élevée. Il permet alors l’obtention d’une mousse fine et abondante et est donc idéal pour la formulation de produits moussants destinés aux peaux sensibles et fragiles et aux cuirs chevelus irrités ainsi que pour le développement de gammes plus « greens ».

A lire aussi