Peaux et activité /

Focus sur le contour des yeux

Si elle détient une force d'attraction sans pareil, la zone du regard est particulièrement expressive, imprimant avec facilité tant les émotions que le passage des ans. Particulièrement fine et sensible, cette zone très spécifique présente de nombreuses particularités physiologiques et fait donc l’objet d’attentions particulières.

Une peau pas comme les autres

Partie la plus fine de notre enveloppe cutanée, la peau du contour des yeux a une épaisseur d'environ 0,05 mm -contre 1mm sur le reste du visage. Ce tissu assez lâche repose sur une trame pauvre en fibres de collagène et d'élastine, avec très peu de graisse sous-jacente, ce qui favorise sa distension, surtout là où il y a peu d'ancrage. Cette finesse cutanée est doublée d'une déficience en lipides épidermiques, expliquant en grande partie la fragilité du contour oculaire. La tonicité des tissus y est toutefois assurée par toute la musculature qui entoure les yeux. Ainsi les muscles péri-orbitaires maintiennent tant les tendons qui soutiennent les fentes palpébrales que le septum qui retient les graisses orbitaires.


 

Une zone fragile

Bonheurs, épreuves, tensions diverses, aléas solaires et climatiques y laissent des sillons et des marques qui ne trompent pas, tant au creux de la "vallée des larmes" qu'au niveau des paupières inférieures et supérieures. Très fine, sans cesse sollicitée mécaniquement (du fait de la mobilité importante des tissus du contour de l'œil) et particulièrement exposée, notamment aux UVA et UVB, cette zone marque plus facilement.
Fragile, mise à l’épreuve très tôt et disposant de peu de repos, le contour des yeux fait face à des risques et problématiques multiples : déshydratation, rides d’expression, perte de fermeté, cernes, poches… Autant de signes qui ternissent cette zone d'expressivité que l'on cherche à soigner et préserver pour maintenir jeunesse et attractivité.

Hydratation

La finesse épidermique du contour oculaire va d'abord engendrer des phénomènes de déshydratation et de dessèchement. La peau est en effet particulièrement sèche au niveau des paupières supérieures peu pourvues en glandes sébacées, sachant que des individualités se dessineront au fil des ans selon la personnalité et le mode de vie. Sur un terrain déjà fragilisé, l'hygiène de vie est capitale : le travail sur écran, mais aussi la climatisation, la vie au grand air..., accentueront cette sécheresse tant au niveau de l'œil que de l'épiderme cutané.

Beurres de cires : une protection naturelle

Dans la nature, pour se protéger des agressions et de la déshydratation, les plantes ont développé des approches ingénieuses, comme recouvrir leurs tiges et leurs feuilles (voire leurs fleurs) de cire. Ce film très fin, essentiel, permet pour autant les échanges de gaz (O2 et CO2).
Fasciné par les propriétés de ces cires naturelles, Gattefossé s’en est inspiré pour créer quelques uns de ces derniers ingrédients texture : Emulium® Kappa², Acticire® et Emulium® Mellifera. Reposant sur la technologie des beurres de cires (des cires végétales transformées et fonctionnalisées), ils en gardent les propriétés originelles : hydratation et protection grâce à un film résiduel optimisé. Ce film permet même aux formules (pour Acticire® et Emulium® Mellifera) de s’adapter au climat !

Rides d’expression

Le contour des yeux est une zone en mouvement constant : nous clignons en moyenne 20 fois des yeux par minute, soit environ 28.000 fois par jour ou 10,2 millions de fois par an. A chaque clignement, l'œil s’hydrate et se nettoie (et, moins connu, le cerveau se repose !).
L’hyperactivité musculaire chez les personnes aux mimiques expressives provoque très tôt de véritables cassures, se révélant en surface par de multiples rides et ridules autour des yeux dont les célèbres "pattes d'oie" marquées... Les anxieux et les stressés auront plutôt des rides au niveau de la glabelle.
Pour s’attaquer aux rides d’expression, les médecins esthétiques optent pour le Botox® : bloquer les contractions des cellules musculaires reste le moyen le plus direct pour diminuer l’apparition ou l’ancrage des rides d’expression. Pour les phobiques des injections ou celles qui souhaitent en prolonger les effets, les actifs cosmétiques myorelaxants prennent le relai.

Gatuline® Expression : lissage express des rides d’expression

Pour cette problématique, Gatuline® Expression (extrait de mafane riche en spilanthol myorelaxant) sera le partenaire idéal. Son objectivation complète in vitro (sur co-culture nerf-muscle) et in vivo (à 2% et 5% sur les rides de la patte d’oie / projection de franges) a permis de démontrer que cet actif limite immédiatement les micro-contractions permettant une action lissante très rapide (dès le lendemain de la première application), qui se renforce ensuite au cours de l’utilisation (28 jours). Actif réalisé sur un support hydro-alcoolique pour s’affranchir de conservateurs, et destiné entre autre à une utilisation sur le contour de l’œil, la tolérance oculaire de Gatuline® Expression a été évaluée, en plus des méthodes alternatives, sur volontaires : la crème en contenant 7% (au-delà de la dose recommandée : 2-5%) a été bien tolérée.

Perte de fermeté

Outre le creusement des rides d'expression, un flétrissement va s'installer peu à peu au niveau des paupières. Celles-ci reposent en effet sur un tissu conjonctif très fin, dépourvu de soutien hypodermique. Dessèchement et détérioration des fibres élastiques (sous l'effet des élastases et des métalloprotéinases activées par l'environnement) accentueront ce phénomène, d’autant plus à partir de la cinquantaine. Quant aux paupières supérieures, elles pourront soit se creuser du fait de la fonte graisseuse, soit se voir dotées d'un surplus de graisse donnant un aspect de paupières "tombantes"...

Héma’Tîte® : action retinol-like

Ultra efficace, le rétinol à l’avantage d’agir à la fois au niveau de l’épiderme et du derme, un atout pour renforcer la structure cutanée particulièrement fine du contour de l’œil. Mais cette efficacité a un prix : la tolérance. En effet le rétinol est connu pour son potentiel irritant, notamment chez les peaux sensibles. Alternative douce au rétinol, Héma’Tîte® permet l’obtention de résultats équivalents sans aucun signe d’intolérance (objectivation comparative à une référence marché à base de rétinol et de zinc). Testés à 1% sur explants de peau, cet actif minéral augmente significativement l’épaisseur de l’épiderme et la production de collagène I dans le derme. In vivo, Héma’Tîte® à 2% lisse rides et ridules du contour de l’œil. Un choix de marque pour lutter contre l’amincissement de la peau et la perte de fermeté au niveau péri-oculaire !

Cernes et poches

Avec la migration de petites boules de graisse des parois osseuses vers les paupières inférieures, on pourra parfois voir apparaître des poches, phénomène plus ou moins développé dépendant des cycles hormonaux, de la prise d'alcool, d'une alimentation trop salée, ou encore d'un repos allongé trop prolongé... Du fait de l'atrophie tissulaire, la finesse de la peau pourra laisser encore plus transparaître au niveau des creux orbitaires, des cernes plus ou moins pigmentés, ou encore violacés, accrus par la stase veineuse à ce niveau.

Cytobiol™ Lumin-Eye : un regard plus frais

Pour lutter à la fois contre les poches et les cernes, Cytobiol™ Lumin-Eye combine 3 composés : un extrait de frêne riche en esculine et fraxine, du silicium et de la vitamine B3. Ensemble, ces molécules ciblent toutes les causes de ces deux symptômes : microcirculation (diminution du flux sanguin, de la perméabilité et de l’élasticité capillaire), oxydation (création de bilirubine à l’origine de la coloration des cernes), relâchement du tissu de soutien sous l’œil). Après 1 mois d’utilisation d’une crème à 5% de Cytobiol™ Lumin-Eye, 63% des panélistes perçoivent une atténuation des poches forte ou moyenne, 77% trouvent le contour de l’œil plus tonique. L’intensité et la coloration des cernes diminuent : l’ITA (Individual Typological Angle) déterminé par chromamétrie baisse de 32%.
 

Priorité à la tolérance

Le contour de l'œil est fait d'une peau d'une telle finesse qu'il ne doit recevoir que des soins en adéquation parfaite avec sa constitution délicate. Ainsi les crèmes, sérums et autres gels contour des yeux revendiquent souvent l'absence de parfum, ainsi que des constituants de la plus parfaite innocuité. Les matières premières choisies ont généralement répondu à des tests de tolérance oculaire drastiques, reposant sur des techniques in vitro (méthodes alternatives à l'expérimentation animale) : test HET CAM (sur membrane chorio-allantoïdienne d’œuf de poule), test de relargage du rouge neutre (sur monocouche de fibroblastes de cornée de lapin), test BCOP (sur cornée isolée bovine)...

​Pour les formules (produits finis ou formules fournisseurs servant à l’objectivation d’ingrédients actifs sur cette zone), sont réalisés en plus du patch test : un test de tolérance/irritation oculaire (HET CAM, relargage du rouge neutre, BCOP) ainsi qu’un test d’usage auprès de volontaires (applications répétées dans des conditions normales d'utilisation) sous contrôle dermatologique et/ou ophtalmologique.

A lire aussi