Peaux et activité /

Combattre l'acné de l'adulte

Si l'acné apparaît classiquement au cours de l'adolescence, elle peut perdurer, mais aussi émerger à l'âge adulte, touchant surtout les femmes selon des degrés divers. Cette affection commune de la peau a fait l'objet de nombreuses recherches dès la première moitié du 20ème siècle, mais c'est seulement depuis les années 2000 que l'acné de l'adulte est vraiment considérée comme un désordre à part entière.

Adolescent / adulte : des symptômes différents

Alors que l'acné de l'adolescent s'étend largement sur le visage et le corps, avec une multitude de points noirs, boutons et pustules, celle de l'adulte se localise surtout autour de la bouche, sur le menton et le bas du visage, parfois sur les épaules, pour ce qui concerne la femme, tandis que chez l'homme, ce sont plutôt le dos et le cou qui sont atteints.
L'acné à l'âge adulte se caractérise le plus souvent par des lésions peu nombreuses, avec une prédominance de boutons inflammatoires de type papules (surélévations inflammatoires de la peau), plus rarement de type pustules (lésions cutanées contenant du pus) ou nodules (lésions inflammatoires profondes). Elle évolue par poussées, souvent en relation avec les périodes prémenstruelles chez la femme.
Si chez l’adulte, les manifestations sont différentes, moins prononcées que chez l’adolescent, les causes biologiques sont pourtant très proches: hyperactivité des glandes sébacées entrainant un déséquilibre de l'état de surface cutanée, troubles de la kératinisation qui favorisent le rétrécissement des orifices folliculaires, colonisation de ces pores obstrués par des bactéries indésirables qui entraînent finalement une évolution inflammatoire des comédons.
Les répercussions cutanées apparentes - des lésions rouges, parfois douloureuses - constituent, outre l'inconfort, une disgrâce inesthétique toujours mal vécue.

Un nombre croissant de femmes concernées

Même si les personnes acnéiques consultent traditionnellement peu (1 sur 2 en moyenne), l'acné de l’adulte est un motif de plus en plus fréquent pour se rendre chez son dermatologue.
Si 8 adolescents sur 10 en sont affectés, ce sont 2 adultes sur 10 en moyenne qui se voient touchés par l'acné. Cette disgrâce cutanée concerne principalement les femmes entre 25 et 40 ans (jusqu'à 4 sur 10 selon les données épidémiologiques), mais aussi des femmes d'âge plus mûr.

Des facteurs hormonaux...

Le fonctionnement des glandes sébacées étant naturellement sous dépendance hormonale, l’acné de la femme adulte est souvent liée à un déséquilibre de ce côté.
Ceci explique notamment les poussées de boutons que peuvent subir les femmes chaque mois, à la fin de leur cycle menstruel. A certaines périodes de la vie (grossesse, ménopause…), l’influence hormonale est plus forte, induisant des troubles acnéiques plus fréquents. Par exemple, durant les cinq années de la péri-ménopause, un déséquilibre se produit : suprématie des hormones androgènes face à une baisse fluctuante d’œstrogènes ajoutée à un manque de progestérone. Les hormones androgènes ciblent notamment dans la peau les récepteurs des glandes sébacées, ce qui a pour effet d'exciter la production de sébum, avec apparition en cascade de différents symptômes cutanés.

… mais pas seulement !

Les seuls facteurs hormonaux ne suffisent pas à expliquer l’acné de l’adulte. Si ce désordre cutané ne trouve pas, à ce jour, d'explication véritablement cernée, le déterminisme génétique, ainsi que la part de l'environnement et du mode de vie ne sont pas à négliger.
A tout âge, une femme ayant une peau grasse sera plus sujette à ces désordres, si elle en possède le terrain constitutionnel de naissance. La taille et la quantité des glandes sébacées, ainsi que la grosseur des follicules et pores sébacés sont en effet déterminées génétiquement. On parle ainsi d'acné "familiale". En corollaire, le fait d'avoir une hyperséborrhée, ou encore d'avoir eu de l'acné de manière soit très précoce (avant la puberté), soit tardive (après 17 ans) sont autant de signes avant-coureurs d'une acné survenant ou réapparaissant à l'âge adulte.
D'autres facteurs sont, de toute évidence, susceptibles de déréguler les grandes fonctions de la peau à tout âge : pollution de l'air ambiant, tabac, épisodes stressants, alimentation désordonnée... même s’il s’agit plutôt de constations empiriques que d’études démontrant de manière probante des liens de cause à effet. Le soleil, lui aussi, est loin d'être l'allié des peaux sujettes aux boutons. Le rayonnement UV induit au niveau de l'épiderme la formation de peroxydes lipidiques favorisant la cascade inflammatoire, tout en accroissant l’hyperkératose, d’où risque de résurgence d'acné aux retours de séjours très ensoleillés...
 

Cytobiol™ Iris A² : l’allié des peaux à tendance acnéique

Grâce à une structure unique bâtie sur la synergie de 3 composants actifs (iris astringent, vitamine A correctrice et zinc séborégulateur), Cytobiol™ Iris A² offre enfin aux peaux mixtes à grasse à tendance acnéique une solution pour une peau parfaite. Son effet purifiant a pu être mis en évidence par une activité bactériostatique mesurée in vitro et une diminution du nombre de pores infectés mesurée in vivo en formulation à 5%. Les panélistes, âgés de 18 à 45 ans, ont constaté une amélioration :

  • peau plus nette 82%
  • imperfections atténuées 76%
  • peau apaisée 100%

Des résultats confirmés par les photos avant/après.
En plus de cette action anti-imperfections, Cytobiol™ Iris A² matifie et resserre les pores pour un grain de peau plus fin (tests in vivo).
Imperfections corrigées, pores resserrés, brillance estompée : les peaux mixtes à grasses à tendance acnéique redécouvrent le plaisir d’une peau sans l’ombre d’un défaut !

A lire aussi